RSS page de blog - 1/5 ==> Blog architecture (2) coding_gouter (2) cours (3) histoire (4) jeu (2) livre (2) mathematiques (4) notebook (2) programmation (8) python (2) scratch (3)


page de blog - 1/5

Cuisine et mathématiques

2018-01-29

Il est indéniable que la cuisine fait partie de la culture française et c’est tellement plus apétissant que d’apprendre les mathématiques qui d’une certaine façon font aussi partie de la tradition française. Cédric Villani a reçu récemment la médaille Fields qui consacre le travail d’un chercheur avant qu’il n’atteigne quarante ans.

Quoi de mieux que de mélanger les plaisirs et parler des mathématiques dans la cuisine, que ce mot désigne le lieu où les plats sont préparés ou le fait de réaliser une recette. Des professeurs se sont penchés sur la question et ont donné quelques exposés sur le sujet comme Mathématiques et cuisine qui se concentre plus sur la géométrie et les proportions. Elle s’intéresse à des problèmes comme la disposition des oranges sur un étal, l”emballage optimal les volumes homéomorphes, ou encore les pavages.

Les anglais ont aussi investi le sujet avec des exposés très vivants sur la disposition des oranges encore mais aussi l’émulsion des blancs en neige, la calibration des fours, tous les fours mentent de 20 degrés environ, les verres mesureurs pas forcément très précis non plus. Vous verrez également une façon originale de cuire un steack.

La suivante démontre que la quantité de sucre optimal dans le sorbet est une tassé à café. Trop, il ressemble à une soupe, pas assez, la cuillère dérape dessus.

Un peu moins mathématique mais captivant aussi sur la fermentation :

Les mathématiques reviennent avec la cuisine moléculaire décrite dans ce livre Cours de gastronomie moléculaire.

Appliquée à la mayonnaise :

article

Atelier à Lille (Devoxx4Kids)

2018-01-13

J’étais invité par Coding & Bricks à animer un atelier pour enfants à EuraTechnologies. Jeu dans un labyrinthe, montage vidéo, le détail des animations et quelques photos : Lille - Devoxx4Kid - 13 janvier 2018.

article

Montage vidéo avec Python

2018-01-02

Je me suis mis en tête d’initier des adolescents à la programmation en faisant du montage vidéo. Il est facile aujourd’hui de se filmer avec un téléphone portable ou une tablette mais il faut pouvoir retravailler les prises et les assembler si on souhaite réaliser un petit film. La programmation n’est sans doute le premier réflexe et je me doute que beaucoup iront chercher sur internet un logiciel permettant de faire cela. Cela veut dire aussi un certain coût d’apprentissage. Je n’ai pas essayé même si j’ai trouvé un logiciel tel que ShotCut (voir FramaLibre / montage). Au lieu de ça, j’ai regardé s’il existait un module Python qui me permettait de faire cela. J’ai trouvé moviepy et surtout la gallerie d’exemples qui donne une assez bonne idée de ce qu’on peut faire avec.

Cette approche est plus coûteuse lorsqu’il s’agit de faire des opérations simples tels que mettre bout à bout ou extraire un extrait d’une vidéo puisque que l’outil qui permet de visualiser le résultat (comme VLC) est différent de celui qu’on utilise pour construire ce qu’on peut (Python dans mon cas). Néanmoins, cette approche est moins coûteuse lorsqu’il s’agit de faire un traitement complexe comme parcourir un film image par image, extraire les personnages et les insérer dans une autre vidéo. J’ai par exemple isolé Mary Poppins du décor dans lequel elle danse.

../_images/image_mary_poppins_12_01.jpeg

Ce procédé s’appuie sur du deep learning et je ne pense pas que cette fonctionnalité soit accessible depuis un logiciel de montage vidéo. Et si jamais ça l’était, cela serait sans doute via une interface utilisateur plutôt complexe. Et voici Mary Poppins sur une plage.

../_images/image_mary_poppins_29_11.png

Ce qu’on souhaite faire est souvent un assemblage plus ou moins long de tâche simple et c’est assez facile à écrire qu’on on dispose d’un moyen d’enchaîner ces tâches simples. Le résultat est parfois complexe et si l’interface utilisateur existait, elle ferait apparaître de nombreuses options qui feraient probablement un peu peur au premier regard. C’est mon expérience, je ne dis pas que ce soit la seule, mais je pense qu’on passe moins de temps à explorer toutes les options ou contourner les limites de l’outil qu’on utilise en passant directement par la programmation plutôt que par un logiciel tout fait. Cela se traduit néanmoins par une approche un peu plus abstraite. A l’usage, on se sert des deux outils.

Pour préparer ce travail, j’ai cherché à écrire un peu de lignes une façon de récupérer une vidéo, d’en extrait un bout, d’y ajouter une bande son, quelques incrustations textuelles. Cela m’a permis de constituer une petite liste de fonctions dont on peut s’inspirer : Vidéos et Sons et quelques jeux Arts, Médias et Programmation. Quelques notebooks qui pourraient vous intéresser : Quelques images de Mary Poppins, Segmenter une image pixel à pixel.

article

Spectacles de marionnettes

2017-12-28

Deux enfants qui fouillent énergiquement le grenier ont toutes les chances de remuer des petites ou grandes choses complètement oubliées. Et ils ont trouvé un gros bout de carton qui une fois retourné s’est transformé en théâtre :

../_images/theatre1.jpg

Et rebelotte… Nous avons raconté une histoire de marionnettes avec les peluches de la maison.

Il était une fois l’histoire d’un petit lapin avec une petite carotte et d’un grand lapin qui n’avait rien. Tandis que ces deux compères discutaient, le plus grand s’aperçut qu’il avait faim et se mit à lorgner sur le déjeuner de son ami. Son ventre se mit à gargouiller et son interlocuteur se rendit compte que sa carotte avait attiré l’oeil de son compère qui lui dit : « Donne-moi ta carotte, je suis plus fort que toi. » « Pourquoi ne vas-tu pas en chercher une ? » lui répondit-il. Voyant que cela n’avait aucun effet, il se mit à courir très vite avec sa carotte entre les dents.

Un lion qui observait la scène songeait bien à faire de ses deux lapins son déjeuner mais il n’avait pas envie de leur courir après et ces deux-là étaient bien partis pour courir longtemps. Il demanda de l’aide à son ami acrobate. Il lui dit que l’arbre serait plus joli avec une carotte accrochée à une branche. Ce serait un peu comme à Noël. L’accrobate en convint et suspendit la carotte à la première branche pour qu’on la vit bien.

../_images/acrobate1.jpg

Le lion remercia son ami et se mit à guetter caché dans un fourré. Le petit lapin qui voulait manger sa carotte vit un drôle de fruit orange. Il en fit part à son poursuivant qui aussitôt chercha à l’attraper. Mais il était trop haut. Le petit lapin, plus malin, dit à son poursuivant qu’il pourrait l’attraper pour lui en montant sur son dos. Le gros lapin accepta aussitôt.

Le petit lapin escalada le dos du gros lapin, toujours sa carotte à la main, et arriva à portée de l’autre carotte qu’il trouva fort appétissante, si appétissante qu’il ne put s’empêcher d’y goûter. Le gros lapin s’en rendit compte très vite et remua le dos si fort que le petit lapin tomba. « Mais tu m’avais dit cueillir la carotte pour moi ? » Et le petit répondit : « Oui mais elle était si belle que je n’ai pu résister. » Voyant que son ami était très en colère, il préféra ajouter : « Je te promets de me retenir. » Et les deux lapins recommencèrent la manoeuvre. Et le petit lapin mordilla une seconde fois la carotte toujours mû par sa grande gourmandise. Le gros lapin très mécontent se dit qu’il fallait inverser les rôles et força le petit lapin à lui servir d’escabot. Il essaya de grimper sur le petit dos de son petit ami, mais celui-ci, trop petit, n’était pas assez fort pour résister à son poids. Et tous deux s’écroulèrent. Le petit lapin, tout endolori, commençait à douter de la réussite de l’entreprise. Il dit alors : « C’est bizarre cette carotte dans un arbre. Je me demande comment elle a pu arriver là. » Et le gros lapin répondit : « Quelle importance ? J’ai faim et je veux cette carotte. »

C’est à ce moment que le lion qui attendait toujours, sauta sur les deux lapins et les retint prisonniers. Il se mit à saliver à la vue de l’excellent repas qui était sous son nez. Mais avant, tout content qu’il était, il ne put s’empêcher de raconter à ses deux proies l’histoire de son piège fabuleux.

L’acrobate qui repassait dans le coin comprit comment le lion avait dupé les deux lapins. Il n’était pas très content que le lion lui ait menti de la sorte. Ni une, ni deux, pendant que le lion parlait, il monta dans l’arbre et décrocha la carotte qui tomba sur la tête du lion. Ce dernier, très surpris, relâcha son étreinte. Les deux lapins n’hésitèrent pas longtemps et reprirent leur course folle, toujours à propos d’une carotte. Le lion, qui avait gardé l’autre carotte mais qui n’aimait toujours pas ça pensa au nouveau piège qu’il pourrait tendre à ces deux lapins qui lui donnait si faim. Malheureusement, sans son ami l’acrobate, des idées, il n’en trouvait point.

article

Les enfants dans le monde de demain

2017-11-16

Préparer les enfants à rentrer dans un monde de plus en plus incertain est une angoisse perpétuelle pour les parents qui cherchent sur Internet une façon d’y répondre. C’est ce que propose des sites comme startupforkids qui organise des événements Cycle de conférences - S4k17 dans lequel j’ai trouvé quelques sites intéressants. Le premier site fourmille d’histoires et de conseils en tout genre Cool Parents Make Happy Kids, les suivants sont plus thématiques en centrés sur la pédagogie. Le second site référence tout un tas d’applications ludiques autour de l’apprentissage : Super-Julie, le dernier Parents de 21ème siècle s’articule autour d’une question : comment préparer les enfants d’aujourd’hui à un monde beaucoup plus incertain que celui qu’on a connu ?. Il faut regarder l’interview de l’auteur dans la maison des maternelles.

article

Le monde est une poubelle et nos enfants grandissent dedans.

2017-11-16

J’écrivais il y a peu un article (2 points de QI en moins par rapport à 1990) sur un documentaire passé sur Arte. Je ne pensais pas lire aussi rapidement un article dans la même veine à propos des crèches parisiennes : A Paris, des crèches installées sur des sols pollués, celui-ci Ivry : pollué au mercure, le nouveau collège n’ouvrira pas en septembre parle d’un collège construit sur une friche industrielle et conaminé au mercure, ou encore ce dernier article A Montreuil, des parents d’élèves bloquent l’usine toxique. Ce dernier article est assez révélateur de nos lacunes puisque la pollution est avérée avec un nombre anormalement élevé de cas de leucémie (petit cours de rattrapage avec Erin Brokovitch) et qu’il semble pourtant difficile de prendre une décision. Un des interlocuteurs pose les deux questions suivantes : Est-ce qu’une usine comme celle-là peut rester dans un tissu urbain qui a changé, qui s’est densifié ? Et est-il normal qu’une installation classée soit tolérée à moins de 50 mètres d’une école ? Deux questions à mon avis mal posées qui caractérise notre façon de penser depuis plusieurs années. Pousser une usine qui pollue un peu plus loin des habitations revient à souiller un lieu qui pourrait être plus tard utilisé pour une école. Il serait plus judicieux de fabriquer des usines qui ne polluent plus du tout. Car si les pirates enfouissaient leurs pièces d’or, nous avons construit un immense champ de mines qui dépasse toutes les frontières. Un dernier article paru aujourd’hui Vincennes : 650 collégiens obligés de déménager à cause de l’air pollué de leurs locaux. Un dernier site qui recense la qualité de l’air en Europe : European Air Quality Index.

article

Un professeur audacieux

2017-10-29

J’ai fait aujourd’hui ce qu’on ne fait que quand on est malade : passer la journée devant des films. Des dessins animés en l’occurrence et japonais car je trouve que leurs scénarios sont moins prévisibles que les scénarios des dessins animés de Disney. Aujourd’hui, c’était Jun la voix du coeur.

source: https://en.wikipedia.org/wiki/File:The_Anthem_of_the_Heart_poster.jpeg#filelinks

En fait, j’ai fait comme les enfants, je l’ai regardé quasiment deux fois de suite. Il a comme tous les films un dernier rebondissement final avant la fin mais il parle aussi des mots qu’on retient parce qu’on sait qu’ils sont douloureux et qu’on finir par sortir quand même sur un ton plus agressif encore. La façon dont on se protège dépend de chacun. C’est aussi l’histoire d’un professeur qui nomme quatre élèves responsables d’un événement. Et il ne choisit pas ces quatre-là au hasard. Il compose l’équipe la plus improbable, quatre personnes qu’il force quelque peu à communiquer ensemble ce qu’ils n’avaient pas pour habitude de faire. Et c’est comme cela qu’il donne la première impulsion au film. Je me suis revu à l’école, au collège, au lycée, et je me suis demandé si les professeurs avaient quelques occasions de perturber les clans qui se forment au sein d’une classe, de secouer les moqueries qui vont toujours dans le même sens. Je n’ai pas de souvenirs clairs mais je ne me souviens pas d’avoir fait beaucoup de projets à plusieurs avant d’entrer dans une grande école. Cela fait écho au hackathon que l’ENSAE organise et que les étudiants voient aussi comme une expérience qui permet de créer des liens. Il n’y a pas assez de projets à plusieurs à l’école.

article

Une histoire de marionnettes

2017-08-14

C’est une histoire de marionnettes qui a commencé avec quelques bouts de journaux amolis dans une bassine d’eau, des capsules de cafés usagées, des serviettes en papier émiettées, l’aluminium des barres de chocolat, des tiges pour brochettes, de la gouache, une immense toile cirée, un vieux drap, une paire de ciseaux et beaucoup de colle. Les marionnettes ne peuvent conter que l’histoire pour laquelle elles ont été créées.

../_images/mar01.jpg

C’est l’histoire d’une chasse aux champignons par trois amis. Parmi eux, deux frères jumeaux, l’un a l’ouïe fine, le second l’odorat infaillible. Le dernier amis a des yeux perçants, il reste un peu en retrait et observe tout en riant sous cape. Un champignon les nargue depuis une petite fenêtre découpée dans le drap qui cache les marionnettistes. Ils n’attraperont le champignon que s’ils s’associent ce qu’ils ne feront qausiment jamais. La suite de l’histoire est laissée à votre convenance.

../_images/mar11.jpg ../_images/mar21.jpg

Autre histoire pour des marionnettes par encore créées. Elle est inspirée de Bordeaux.

Comme on est a bordeaux, je songe a une relecture de la cigale et la fourmi. Ce sont deux frères qui font du vin. Il faut boucher une bouteille qu’on vient de remplir. Un des frères court après un bouchon qui le nargue pendant que l’autre frère l’attend en buvant ce qu’il vient de remplir. Il attrapera le bouchon en feignant le mort. L’autre revient lui prend le bouchon des mains (un peu furieux) et part boucher la bouteille. Mais il s’aperçoit qu’elle est vide. Il relâche le bouchon.

Le lendemain suite de l’histoire. On recommence et le premier frère fait le mort pour attraper le bouchon mais comme il n’est pas ivre le bouchon le chatouille et cela le fait rire. Le bouchon s’échappe. L’autre frère arrive et lui dit qu’il devrait boire. Bref, ils s’écharpent et le bouchon s’approche pour regarder. C’est alors qu’il l’attrapent. Mais comme il gigote beaucoup, ils font boire le bouchon pour le calmer. Malheureusement, ça le fait grossir et il ne rentre plus dans la bouteille. Ils le relâchent encore.

C’est le genre d’histoire à rallonge.

article

Un tour en vélo avec Géovélo

2017-07-21

Sur un coup de tête, j’ai décidé que j’allais terminer mon voyage à vélo et relier Mimizan depuis Bordeaux soit une petite centaine de kilomètres dans un pays perclus de pistes cyclables. Après avoir acheté l’essentiel, un vélo, une cariole pour y poser ma valise et quelques chambres à air de rechange, je me suis mis en quête d’un site pour y tracer mon itinéaire. Bing, Google Maps, Michelin, Mappy. Tout y est passé et c’est le dernier qui l’a emporté. Bing ne propose pas d’itinéaire vélo, Google Maps ne me disait pas si j’étais sur une piste cyclable ou non et se révélait d’un usage compliqué, Michelin non plus même si le trajet proposé est un des plus efficace, celui de Mappy est le plus proche de que j’ai fait et il indique clairement les portions cyclables : Bordeaux Mimizan à vélo. Je me permets de reproduire leur carte et le parcours suivi :

../_images/velo1.png

Les pistes cyclables sont conçues comme des balades et le voyage à vélo non bouclé reste l’incongru. Chaque ville recense le réseau de son domaine sans le relier aux autres et il reste difficile d’organiser un voyage sans éviter des portions de route où le cycliste agace les conducteurs de voitures. L’office du tourisme distribue des cartes qui ne vont pas plus loin que les 20 kilomètres autour de la ville. Parti du centre ville de Bordeaux à 9h15, je suis arrivé à destination un peu avant 17h. et je me suis gavé de pêches tout au long du chemin. Ma cariole portait ma valise et tout ce que j’ai croisé attiraillés de la sorte s’en servait de la même manière. Le parcours est encore trop dangereux pour se permettre d’y emmener un enfant. La route D46 est un calvère du genre. J’étais un des rares cyclistes égarés. On s’y fait doubler toutes les 30 secondes. Près de l’arrivée, on hésite entre une voie cyclable à l’issue incertaine - rien n’y est indiqué encore moins le kilométrage - et la départementale encombrée mais qui rassure. On va aussi plus vite sur son goudron que sur celui de la piste cyclable.

Je passe le petit vieux qui a ouvert la fenêtre de sa voiture pour me hurler dessus car j’étais sur sa route et non la piste cyclable attenante. Je suis retourné sur Mappy le lendemain pour m’apercevoir que le chemin proposé venait en fait du site Geovelo. C’est de loin l’itinéraire le plus pertinent. Il ne manque plus que les marchands de pêche sur le parcours quand on est à court de carburant.

Je n’ai fait finalement que du 15 à l’heure. Quelle déception après m’être fait flashé de nombreuses fois à 24 mais je me suis arrêté tellement de fois pour consulter la carte sur mon téléphone. Je ne peux plus rien faire sans lui. C’est peut-être pour ça que les routes ne sont plus fléchées. Plus besoin quand le téléphone bip au moindre texto et changement de route.

article

Blocky, puzzle de programmation

2017-05-04

Le site Blocky propose différent pour découvrir la programmation. La façon de programmer s’inspire de Scratch. La copie d’écran ci-dessous est extraite du site. Il faut diriger l’oiseau avec un programme de telle sorte qu’il passe prendre le ver et le rapport au nid.

../_images/blocky1.png

Quand j’étais petit enfin pas si petit que ça, je jouais à ce jeu The Incredible Machine qu’on peut voir dans cette vidéo The Incredible Machine Gameplay. C’était plus amusant que de la programmation.

article


RSS page de blog - 1/5 ==> 2015-03 (1) 2015-04 (5) 2015-05 (1) 2015-06 (3) 2015-07 (1) 2015-08 (1) 2015-09 (1) 2015-10 (3) 2015-12 (1) 2016-01 (3) 2016-03 (2) 2016-04 (1) 2016-05 (4) 2016-06 (1) 2016-07 (2) 2016-08 (4) 2016-09 (1) 2016-10 (2) 2017-02 (1) 2017-04 (1) 2017-05 (1) 2017-07 (1) 2017-08 (1) 2017-10 (1) 2017-11 (2) 2017-12 (1) 2018-01 (3)